le Grand Débat au Foyer

Le 15 février dernier, un débat local a permis à 47 personnes de s'exprimer dans le Grand Débat National.
1 FISCALITE et DEPENSES PUBLIQUES doléances/suggestions Propositions - Nous avons une des fiscalités les plus élevées au monde mais nous devons réformer et ré-aménager l’aide sociale dans un sens d’une meilleure égalité -Développer une pédagogie du « bien commun » afin de reconstituer une unité nationale et une cohésion sociale - Instituer une fiscalité créant la cohésion du corps social à court terme et long terme (dette financière et dette écologique). Privilégier le bien commun par opposition aux lobbies thématiques - Unifier les régimes de retraite pour gagner en équité et en efficacité - Ne pas rétablir l’ISF, facteur d’appauvrissement global par le départ des contribuables les plus riches - Soumettre tout le monde à l’impôt, même symboliquement pour les revenus les plus faibles - Ajout d’une tranche d’impôt pour les hauts revenus - Substituer à une fiscalité sectorielle une fiscalité systémique prenant en compte le court et le moyen terme, les conséquences sociales et économiques de la santé et de l’environnement - Instituer une fiscalité modifiant les modes de production et de consommation vers une transition écologique et sociale La permanence du déficit public depuis 40 ans est insupportable et doit être abolie - Opération « Budget base 0 » dans les dépenses publiques visant à justifier le bien fondé de chaque dépense - Réduire la dépense publique en commençant par les coûts des parlementaires - Evaluer systématiquement les coûts des dépenses de fonctionnement de l’Etat et des collectivités territoriales. - Eviter de noyer ces coûts dans les prestations dispensées. - Instituer la transparence des coûts - Récupérer les fraudes fiscales des banques, et notamment les 17 Milliards indûment subtilisés au fisc dans le cadre des déclarations de dividendes. (55 Milliards au niveau européen dont 17 Milliards au niveau France) - Réorganiser les dépenses sociales afin de mettre en phase la fiscalité la plus redistributrice du monde et l’équité sociale Communiquer autour de la notion de bien public et de l’anti-consommation 2- DEMOCRATIE ET CITOYENNETÉ Doléances Propositions Absence d’évaluation, de médiation. Les hommes sont différents des écrits Création d’organes indépendants d’évaluation des mesures mises en place Individualisme forcené, non-respect de la laïcité Tolérance absolue, création d’instances autonomes citoyennes Manque d’intérêt et d’implication des jeunes dans la vie locale : ils n’y croient pas ! Education à la Démocratie et à la citoyenneté dès le plus jeune âge Apprentissage parcours citoyen dès l’école Promouvoir l’engagement associatif Service national universel Plus de représentativité des jeunes dans les médias On n’écoute pas assez les uns et les autres Ecoute active des représentants de l’Etat vis à vis des acteurs en face des réalités du terrain Les étrangers sont mal considérés, uniquement contrôlés et comptés Accueil, accompagnement, écoute et soutien dans leur parcours d’exil Intégration par une éducation à la démocratie les personnes éloignées de notre culture La démocratie représentative : une fois élu, le parlementaire n’écoute pas le citoyen de base. Droit de pétition qui recueille 200 000 voix permet d’obliger les parlementaires de légiférer sur le sujet directement et prioritairement dès lors que la dite pétition adoptée a été déposée à la commission des lois (modification de l’article 69 de la Constitution) Montée de l’individualisme, perte des collectifs Relancer la concertation avec les partenaires sociaux Relancer les mouvements coopératifs et la co-construction de projets avec les acteurs de terrain Parlementaires non sérieux dans leur mandats et présence à l’Assemblée. Raz le bol des passe-droits et affaires diverses. Eloignement de la décision par rapport aux préoccupations du quotidien Obligation d’assiduité, contrôle et évaluation de leurs mandats Procédure révocatrice des élus RIC praticable avec interdiction d’abroger Procédures artificielles et non contrôlées ou détournées de leurs finalités de départ. Plus de Démocratie participative : conseil de quartier doit « obligatoirement » remonter au Conseil municipal. Avoir un vrai rôle et non jouer un faire semblant de démocratie participative ! L’Etat se décharge du social au profit du milieu associatif mais désengagement au niveau des financements. Donner aux associations les moyens financiers et humains de cette délégation de l’Etat Laïcité non respectée : racisme et discriminations à la clé Education à la tolérance et au respect dès le plus jeune âge Création d’un service d’éducation à la laïcité : conférences et débats dans des établissements scolaires . inclure ce programme dans des journées particulières au sein des entreprises et secteur public. 3 - ORGANISATION DES SERVICES PUBLICS • Réécrire les textes de loi pour les rendre faciles d’accès. • Créer des services d’aide aux personnes isolées face a la numérisation. • Réorganisation rationnelle des processus et grands services de l’État (système du soir par exemple). • Créer, en s’appuyant au besoin sur l’associatif, des points d’accès aux services publics de base (poste, informatique) dans les territoires éloignés des centres urbains. • Mettre à plat le millefeuille administratif; libérer les énergies; retourner vers l’humain. • Reconvertir les missions des fonctionnaires vers l’efficacité. • Développer la citoyenneté et le bénévolat. • Pour 100 de nouvelles dépenses, voter 110 d’économie. • Simplification des services publics qui n’ont pas évolué avec le monde. • Numériser, simplifier l’accès public au numérique, avec aide. • Revenir à une justice accessible à tous: plus rapide et moins onéreuse (ou efficace quand le justiciable est aidé). • Autoriser les gens sans-papiers à travailler. • Une majorité se dégage pour la suppression du département. • Une administration qui soit mieux au service des personnes précaires. • À Paris, davantage de bus, à cause des personnes âgées, des handicapés, des enfants en bas âge qui ne peuvent pas prendre le métro. • Réévaluer le parc de logements sociaux en faveur des plus démunis. • Développement des structures de santé ambulatoire (maisons médicales). Redéployer les moyens de la santé • Accorder la possibilité aux professionnels de santé de faire certains actes (par exemple vaccins par les infirmières). • Procédure de mise sous tutelle irréversible et simplifiée. • Revoir fonctionnement et état des EHPAD (infantilisation des hébergés). • Oui aux bus de services publics ou associatifs itinérants. • La suppression du téléphone fixe en 2023 porte atteinte à une catégorie de personnes non habituées au numérique. • Service de santé en bout de course (hôpitaux); médecine libérale peu efficace: des maisons médicales seraient mieux! • Salaire des infirmières scandaleusement bas, comme celui des enseignants. • Trop d’Internet, pas assez d’humain dans les services publics. • La justice manque de moyens. • Supprimer tous les dispositifs anti SDF dans les villes. • Développer les services d’urgence dans les hôpitaux = moins d’attente! • Oui au regroupement dans un même lieu de tous les services publics. • Permettre aux citoyens sur une base aléatoire (tirage au sort) de participer aux commissions thématiques des assemblées élues (Nationale et Sénat) aux côtés des Députés et Sénateurs 4-TRANSITION ECOLOGIQUE Première partie : doléances. 1) Deux introductions : le mot « transition » n’est pas le bon : soit ce n’est pas grave, soit c’est une catastrophe et le mot « transition » ne suffit pas. Pour moi c’est une catastrophe. L’écologie est toujours présentée comme punitive, une contrainte à nos vies. Il faut changer l’approche. 2) Ecologie et capitalisme : A quoi cela sert que chacun adopte un comportement écologique si les grosses boites continuent à polluer sans limites ! Les multinationales ne se préoccupent pas de ne pas polluer ou abuser de la terre et c’est par elles qu’il faudrait commencer. Les conséquences de cette dégradation de l’environnement touchent tout le monde mais d’abord les vulnérables, les pauvres … les riches eux s’en sortent le plus souvent. Quand l’argent parle, l’écologie se tait ! L’avenir de notre planète ne doit pas être abordé par les taxes, les puissants s’en fichent ! La taxe pollueur-payeur ne suffit pas quand on voit ce qui part en décharge, les déchets qui se vendent pour être stockés en Afrique… Les terres rares intégrées dans les composants des « grenn techs » font l’objet de chantage des chinois, mettant en péril l’industrie verte occidentale. Des pays comme le Congo sont dévastés par la guerre autour des terres rares nécessaires à nos batteries de téléphones et d’ordinateurs. Les hausses des taxes carbones comme sur l’essence ignorent les personnes ne pouvant pas payer alors que c’est vital pour eux pour aller au travail. Les taxes sur les produits polluants ne sont pas assez utilisées pour des investissements verts. La provenance internationale des composants d’un simple yaourt implique des transports de marchandises ubuesques entrainant des pollutions en masse. Nos bois de chênes vont subir deux traits de scie en Roumanie puis reviennent en Alsace pour se faire scier en planches puis partent en Chine pour faire les lattes de parquet de chêne que nous achetons dans nos magasins ! Aberrant. 3) L’homme croit avoir des solutions à tout, mais il ne réfléchit pas assez : il défait les murets des terrasses du sud de la France, il fait des barrages en Egypte ou Ethiopie qui font remonter le sel sur les terres cultivables ! Les énergies renouvelables coutent très cher et le bilan carbone n’est pas bon. Les agriculteurs ne peuvent pas vivre de leur travail en France, pays riche et tempéré avec des sols excellents. La consommation bio qui devient nécessaire pour la santé pénalise les petits salaires. L’alimentation achetée toute faite est pleine de produits cancérigènes ou contient des perturbateurs endocriniens. Le logement pourrait être isolé mais les aides sont trop complexes, nécessitent beaucoup de travaux pour être engagées et souvent les artisans en profitent pour gonfler leur devis. Les nouveaux services de mobilité en ville sont fortement dégradés (vélos, trottinettes…). Dans 20 ans, toutes nos solutions techniques comme les data center vont cuire !! Deuxième partie : propositions. 4) Changer nos comportements : il est nécessaire que chacun améliore son comportement et prenne conscience de sa responsabilité sans oublier de rendre les multinationales responsables de leurs agissements. Les jeunes utilisent moins l’avion et utilisent les transports partagés, les encourager et en parler. Des lanceurs d’alertes à encourager, ceux qui font condamner les multinationales pour des mauvaises pratiques écologiques. Lutter contre le lobbying et faire en sorte de ne pas y céder. 5) Développer la recherche-développement (R&D) pour moins dépendre des terres rares pour trouver des technologies alternatives. Par exemple miniaturiser les moteurs et tester de nouveaux alliages plus propres, ou les nanotechnologies. Lutter contre l’obsolescence programmée en créant des produits qui durent 50 ans (machine à laver par exemple). Réintroduire comme en Allemagne les consignes pour les bouteilles en verre. Généraliser les emballages « consignables ». Mettre au point techniquement et construire partout des références de maisons ou appartements tout écologie, autonomes, et au même prix que les autres dits classiques. 6) Créer des aides très ciblées : Faire des avances de trésorerie par un organisme prêteur pour des changements de matériel (par exemple carburateur de voiture ou chaudière au fuel) et remboursement avec les économies engendrées. Remboursement de la naturopathie interdite sous Vichy. Récompenser les familles qui trient les déchets verts en ville avec des poubelles à fumier et leur apporter une solution de compostage, de ramassage ou dépôt proche de chez eux (jardins en terrasses, espaces verts …). 7) De l’information et de la formation : Former obligatoire aux bonnes pratiques dès l’école maternelle. Des campagnes de communication efficaces, déculpabilisantes et humoristiques pour le grand public (tv, réseaux sociaux). Développer les démonstrations de pratiques de la perméaculture pour tous ou de mobilité par exemple pour les enfants pour aller à l’école. Revaloriser par la communication et la reconnaissance les métiers manuels, utilisant les techniques efficaces d’autrefois et proches des lieux de consommation. Inciter aux économies de l’eau, grand défi à venir. ... et un BONUS SPECIAL "Foyer deGrenelle": nos doléances à propos de la PRECARITE 1- Constat et doléances : • Le Grand Débat ne prend pas en compte la précarité : « Ignorance des plus pauvres par les gouvernants ». • Ressources: o Colère! Le fossé est de plus en plus grand entre les riches et les pauvres. l’individualisme prend le pas sur la solidarité. o Coût de l’énergie: gaz, électricité, d’autant plus important que les ressources sont faibles o Gratuité des transports publics, au moins pour les personnes sans ressources • Logement : o Prix du logement: un des principaux problèmes de Paris = ségrégation par l’argent, froideur, individualisme. o Logement = colère : Dépenses inconsidérées pour le logement à l’hôtel depuis des décennies, alors qu’on aurait pu bâtir depuis des logements pérennes = politique à court terme toujours et encore! o Colère ! manque de vision à long terme = absence de construction de logements très sociaux et d’accompagnement pour les plus précaires, au long cours, • Emploi et chômage: o manque de vision à long terme le chômage... D’où emplois précaires. o Contre la financiarisation de l’économie. • Education : o École = égalité à bas prix! ségrégation politique par l’argent! Égalité de tous devant l’éducation ! • Accés aux soins : colère devant les inégalités de traitement. 2- Propositions et suggestions : • Ressources : o bon emploi de l’impôt! Enlever la TVA sur les produits de base alimentaires. o Subventionner ou règlementer pour rendre l’énergie moins chère aux plus pauvres. • Logement : Obligation de logement pour tous, et non seulement droit. Mieux soutenir le logement social, qui est en grandes difficultés. • Emploi et chômage: Revenu minimum pour tous. Indigné de voir que le gouvernement lui-même ne propose que des emplois précaires et mal rémunérés. Rétablir des emplois non précaires dans la fonction publique. • Accés aux soins : Obligation de soins sans distinction d’âge, d’origine et de finances... • Education : Égalité de tous devant l’éducation. ... Complêté par un débat avec nos accueillis, le 11 mars